s'identifier | inscription | contacts | aide
 accueil | aesv | album | annuaire | cv | événements | observatoire | offres d'emploi | [presse]
 accueil | revues de presse : stid | sdm | sis | csd | isd | aesv | iut | autres

Ouest-France - 09/11/07

les 20 derniers articles ajoutés
 Changements climatiques. Les habitants du golfe sondés
 Les habitants du Golfe du Morbihan interrogés sur leur perception du changement climatique
 Licence pro, un pari gagnant ?
 La statistique, une filière méconnue qui recrute
 L'IUT enquête sur les jeunes avec Ouest-France
 Métier en fort développement : les statisticiens très courtisés
 [La formation statistique débouche sur l'emploi]
 Leurs bouteilles d'eau transformées en radeau...
 Les trésors cachés de nos universités : 450 filières qui donnent du travail
 IUT de Vannes. En 35 ans, les statistiques se sont fait un nom
 Les étudiants de l'IUT enquêtent pour Ouest-France
 Frédéric est devenu ingénieur
 A l'IUT de Vannes, 35 ans de stats, ça se fête
 Ouest-France et l'IUT enquêtent sur Vannes
 Jean Le Nouvel salué par la 1re promo Stid
 Vol au-dessus d'un nid de buffles
 Dernière leçon d'une figure de l'IUT
 Les métiers des mathématiques - Analyste gestionnaire de vols
 Les métiers des mathématiques - Responsable qualité et sécurité
 Les métiers des mathématiques - Technicienne supérieure en statistiques

 


La formation statistique débouche sur l'emploi

C'est le message de l'IUT de Vannes. Un premier forum auxquels participaient vingt-quatre entreprises a eu lieu hier pour informer les étudiants.


Le directeur de l'agence Ouest Micropole univers, une société de services informatiques a expliqué le profil recherché pour les postes à pourvoir. Vingt-quatre entreprises participaient au premier forum organisé par l'IUT

"L'an dernier nous avions reçu quatre cents offres d'emploi. Il existe même une concurrence entre les entreprises pour le recrutement des diplômés", confie Patrice Kermorvant, directeur du département statistique et traitement informatique des données de l'IUT de Vannes.

Du coup, pour la première fois, un forum était organisé à l'attention de deux cents étudiants qui suivent ces formations à l'IUT, mais aussi à l'université de Vannes en licence et master. Vingt-quatre entreprises du Grand Ouest, mais aussi de Paris, sont venues à la rencontre des jeunes pour faire connaître leurs besoins et les conseiller dans leurs démarches de recherche d'emploi. Les étudiants se sont informés sur les métiers, ont échangé leur CV contre des cartes de visite.

"Notre formation en statistique est méconnue du grand public, ainsi que les métiers" observe Patrice Kermorvant. "La statistique, ce n'est pas que l'INSEE ou les instituts de sondage".

Le développement de l'informatique a donné un coup d'accélérateur aux besoins des entreprises, mais aussi des collectivités et services publics. Partout, il faut d'abord stocker et organiser les informations dans des bases de données, puis les gérer en vue d'analyses.

"On manque de bacheliers S"

La stratégie des entreprises s'appuie de plus en plus sur des études statistiques : études de marché, sondages, tests. "Les grands secteurs sont la téléphonie mobile, la grande distribution, la santé, le marketing. Même les coopératives agricoles s'y mettent. En épidémiologie, il y a des besoins importants. Suite à la canicule de 2003 et à la création de l'institut de veille sanitaire, une dizaine d'étudiants de chez nous ont été recrutés".

A l'issue des deux années d'études, des poursuites d'études sont envisageables dont dans les trois licences professionnelles à l'IUT de Vannes : statistique décisionnelle en marketing, statistique et informatique pour la santé ou conception des systèmes décisionnels. L'Université de Bretagne-Sud propose aussi à Vannes une filière complète dans ce domaine.

Le département statistique de l'IUT, qui a fêté ses 35 ans en avril dernier projette de créer un pôle des formations en statistique en s'alliant avec la faculté des sciences et celle de sciences économiques.

"On est déjà le plus grand centre de formation dans ce domaine en terme d'effectifs. On pourrait accueillir plus d'étudiants. Mais malheureusement, on manque de bacheliers en bac S ou ES option maths. Beaucoup de jeunes se détournent hélas des sciences".

Les statistiques rebuteraient-elles ? "Les statistiques, ça n'est pas tout à fait des maths : c'est l'art de faire parler les maths ", répond Patrice Kermorvant qui défend et fait en sorte de promouvoir le plus possible ce art des chiffres.

"On va dans les lycées pour parler de notre filière. Il y a des besoins économiques auxquels il faut répondre mais, surtout, c'est bon pour nos jeunes. Cela leur permet de trouver rapidement un emploi". Côté salaire, la rémunération avoisine les 28 000 € annuels pour les bacs + 3 et les 35 000 € pour les bacs + 5 pour ceux qui démarrent dans ces professions.

Nathalie Jay.