s'identifier | inscription | contacts | aide
 accueil | aesv | album | annuaire | cv | événements | observatoire | offres d'emploi | [presse]
 accueil | revues de presse : stid | sdm | sis | csd | isd | aesv | iut | autres

Onisep - 01/07

le métier de statisticien
 Vol au-dessus d'un nid de buffles
 [Les métiers des mathématiques - Technicienne supérieure en statistiques]
 Les métiers des mathématiques - Responsable qualité et sécurité
 Les métiers des mathématiques - Analyste gestionnaire de vols
 Robert Rochefort : l’expert éternel
 Charlotte et les stats de l’automobile
 Statisticien : Dominique scrute les consommateurs
 Les statisticiens montent en puissance dans les entreprises

 


MYRIAM, 27 ANS
Technicienne supérieure en statistiques dans un établissement de santé en Bretagne


En établissement de santé, le statisticien apporte ses compétences en traitement de l’information auprès des personnels techniques et de santé. Son objectif : fournir des outils d’aide à la réflexion puis à la décision en vue d’une meilleure qualité des soins.

> Biostatisticien : Personne qui utilise les techniques statistiques pour rendre compte de phénomènes biologiques ; en particulier, pour connaître l’efficacité d’un médicament, prévoir le développement d’une épidémie, préciser les lois de l’hérédité, etc.

“Pour les directions fonctionnelles – ressources humaines, services gestionnaires et administratifs, je réalise des tableaux de bord concernant l’activité du centre hospitalier (mesure de l’activité des services de médecine avec des indicateurs tels que durée moyenne de séjour ou taux d’occupation des lits) et je réponds à des demandes ponctuelles concernant une problématique particulière (suivi de l’activité d’un nouveau service). À la demande des équipes soignantes, je recherche des indicateurs dans le système d’information dont dispose l’hôpital afin de répondre à leurs questions.

Après avoir collecté et analysé les données, je les présente sous forme de tableaux ou de graphiques. Ceux-ci permettent, par exemple, de justifier des besoins enpersonnels dans un service ayant une activité importante. Le plus difficile dans mon travail réside justement dans la présentation des données. Car il s’agit de faire parler les chiffres auprès des publics qui ne sont pas familiers avec ce type d’informations. Outre des compétences techniques, mon métier exige des qualités de communication.
Il réclame également un sens de l’organisation, car je traite des informations très différentes et souvent en parallèle.

Je participe aussi à la mise en place d’enquêtes internes réalisées à la demande de services Parcours de soins ou d’une direction fonctionnelle sur un thème précis. Je m’occupe de la partie technique de l’enquête : mise en place du questionnaire, organisation de la saisie informatique des réponses recueillies et traitement statistique des données suivi de l’édition d’un rapport de résultats.”

Parcours : “En terminale, j’ai choisi de poursuivre des études supérieures en DUT STID. J’ai effectué mon stage de deuxième année dans le secteur de la recherche médicale, au sein de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) à Paris. Titulaire de mon diplôme, j’ai travaillé dans un établissement de santé pendant un an et demi. Puis, je suis partie en Angleterre où j’ai préparé un diplôme de langues étrangères tout en travaillant dans une société de statistiques au service de laboratoires pharmaceutiques. J’écrivais des programmes informatiques pour réaliser des tableaux de bord permettant aux biostatisticiens d’évaluer l’efficacité de nouveaux médicaments. Par la suite, j’ai repris mes études en préparant une licence en marketing. Après un stage dans l’industrie agroalimentaire, j’ai été embauchée par un établissement de santé. En termes d’objectifs, mon travail n’a rien à voir avec le marketing ; en revanche, je me sers des mêmes connaissances, en particulier des statistiques pour l’aide à la décision.”

La brochure « Zoom sur les métiers des mathématiques » (téléchargeable ici, format pdf 6 Mo) est l’initiative de quatre associations : la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles (SMAI), la Société Mathématique de France (SMF), la Société Française de Statistique (SFdS) et l’association Femmes et Mathématiques. Le projet a été coordonné par Brigitte Lucquin et réalisé en partenariat avec l’Onisep.