s'identifier | inscription | contacts | aide
 accueil | aesv | album | annuaire | cv | événements | observatoire | offres d'emploi | [presse]
 accueil | revues de presse : stid | sdm | sis | csd | isd | aesv | iut | autres

Ouest-France - 01/03/05

les 10 derniers articles ajoutés
 Vol au-dessus d'un nid de buffles
 Les métiers des mathématiques - Technicienne supérieure en statistiques
 Les métiers des mathématiques - Analyste gestionnaire de vols
 Les métiers des mathématiques - Responsable qualité et sécurité
 Pour former les épargnants
 Robert Rochefort : l’expert éternel
 [Charlotte et les stats de l’automobile]
 Statisticien : Dominique scrute les consommateurs
 Les statisticiens montent en puissance dans les entreprises
 Les stats ont leur site sur le net

 


Charlotte et les stats de l’automobile

Charlotte et les stats de l’automobile
Bonne en maths, Charlotte a choisi les statistiques.

Après le DUT statistiques, qu’elle a obtenu à Vannes, Charlotte, 25 ans aujourd’hui, a choisi d’entrer directement dans le monde du travail.

« j’ai obtenu mon bac S spécialité maths à Hennebont en 1997. Je n’aimais ni la physique, ni la chimie, ni la biologie et je voulais faire des études courtes pour devenir rapidement indépendante. J’ai découvert au CIO le DUT Statistique et traitement des données. J’ai finalement choisi un peu par hasard car il y avait plus de filles qu’en informatique et que j’avais eu 15/20 en maths. »

« j’ai beaucoup apprécié de travailler sur le projet statistique en relation avec une entreprise : j’ai fait une étude pour l’ANPE de Vannes, puis j’ai effectué un stage à la CPAM à Nantes. A chaque fois, j’ai apprécié le côté concret et j’ai pu voir de l’intérieur à quoi servait mon travail. » Charlotte, qui estime avoir eu « tout à prouver » et qu’il est « plus facile de progresser en entreprise », a suivi à l’IUT « un programme assez intensif et des études plutôt exigeantes ».

Elle a apprécié les interventions des professionnels (pour les présentations de logiciels spécialisés), le réseau très développé des anciens étudiants qui « aide dans la recherche de stage » et la solidarité de la promo ».

« Je sentais que je n’avais plus envie de continuer mes études, poursuit la jeune fille. J’ai trouvé un premier poste dans un laboratoire d’essais médicaux, c’était un CDD à la suite de mon stage. Fin novembre 2001, j’ai contacté une vingtaine d’entreprises par le réseau des anciens. J’ai trouvé un remplacement de congé maternité comme gestionnaire de base de données, bien en phase avec mes études. Ce qui m’a donné une première expérience. Puis j’ai répondu à une annonce, par le biais de l’ANPE, pour un poste d’assistante spécialisée en statistiques à l’observatoire prospectif des métiers et des qualifications de l’Association nationale pour la formation automobile (ANFA) à Nantes. J’y trouve mon compte car je suis restée dans la ville de mon choix, alors que l’emploi est plutôt à Paris. Je compte sur la VAE pour évoluer. »

Le DUT Statistique et traitement informatique des données

Il est ouvert aux titulaires d’un baccalauréat (ou du DAEU) de préférence scientifique, après examen du dossier de candidature par le jury.

Pour réussir, il faut avoir le goût des maths et de leurs applications, un intérêt pour le travail en équipe et les contacts, un attrait pour l’informatique appliquée.

Il forme en deux ans des techniciens des métiers de la statistique, du traitement des données et de l’analyse de l’information. Il peut travailler partout où on recueille, trie et analyse l’information. Il met en place des outils d’interprétation, d’aide à la décision, de contrôle qualité.

Les postes offerts se trouvent dans des secteurs d’activité très divers : banques, assurances, mutuelles, sociétés d’études et de services, centres de recherches, collectivités et administrations, industries.

Les débouchés sont nombreux et de nombreuses offres d’emplois sont proposés aux diplômés ; les deux tiers trouvent un travail dans les deux mois qui suivent l’obtention de leur diplôme. Plus des trois quarts des débouchés se situent dans des entreprises de la région parisienne. De plus en plus d’étudiants poursuivent leurs études : ENSAI, IUP, écoles de commerce, licences professionnelles…